#LaRefArbitraleDuJour : Stéphanie Frappart, première femme à siffler un match de LDC

Elle était déjà la première femme à arbitrer un match de Ligue 1. Ce soir, elle deviendra également la première à officier en Ligue des Champions, pour la rencontre Juventus Turin-Dynamo Kiev.

Stéphanie Frappart commence à jouer au foot à l’AS Herblay, sa ville de naissance. Très vite, elle se tourne vers l’arbitrage car les perspectives de carrière au haut niveau l’attirent. À 19 ans, elle commence à arbitrer en amateur, mais se voit rapidement confier le sifflet pour de grosses affiches féminines, notamment la finale du Challenge de France entre le Montpellier HSC et l’AS Saint-Étienne en 2011. Trois ans plus tard, elle est récompensée avec le Trophée UNFP du meilleur arbitre féminin, et dans la foulée, entre dans l’histoire en devenant la première femme à officier dans un match professionnel masculin de Ligue 2.

En 2019, elle concrétise une nouvelle prouesse en étant promue au plus haut échelon du football français. « Je ne suis pas seule, on forme un groupe », déclare-t-elle pleine de modestie avant son baptême dans l’élite. Et de poursuivre : « Cela fait partie de mon rôle de susciter des vocations. C’est un réel plaisir de montrer que c’est possible. Maintenant, on pourra voir des femmes arbitres à la télé, c’est une fierté ».

La ministre déléguée chargée des Sports saluant Stéphanie Frappart sur les réseaux.

Suivant les traces de ces illustres prédécesseurs, la Suissesse Nicole Petignat, première femme à officier en Coupe de l’UEFA en 2003, et l’Allemande Bibiana Steinhaus, première arbitre dans un grand championnat européen, les gros rendez-vous n’effraient pas la Francilienne. Le 6 septembre dernier, fait inédit sur le continent, elle est désignée pour le match international Malte-Lettonie en Ligue des Nations. Déjà centrale pour la finale de la Supercoupe d’Europe 2019 opposant Liverpool et Chelsea, elle a enchainé cette saison avec deux rencontres d’Europa League.

Une professionnelle respectée

Selon Pierre Bouby, ancien joueur de l’US Orléans reconverti consultant, « elle a une petite voix, mais du charisme et de la personnalitéElle utilise des mots justes, elle explique, elle est diplomate et on peut discuter avec elle. Elle ne cherche pas à se mettre en avant ».

Au centre pour le choc OL-OM en octobre, elle tient la baraque, ne sourcille pas au moment de désigner le point de pénalty pour les gones et d’expulser Dimitri Payet. André Villas-Boas, l’entraîneur phocéen, la tacle sévèrement, juge « qu’elle n’a pas le niveau » et pointe « des erreurs incroyables ». Avant de faire son mea-culpa suite au visionnage des ralentis…

Stéphanie Frappart est une pionnière de l’arbitrage féminin en France. Elle a même plus de « cojones » que bon nombre de ses homologues masculins. Ce soir, elle arbitrera dans la plus grande compétition européenne. De quoi donner des idées aux jeunes passionnées de ballon rond.