#LaRefFamilialeDuJour : le Renaudot attribué à Marie-Hélène Lafon et son « Histoire du fils »

Après avoir été finaliste en 2009, Marie-Hélène Lafon remporte le prestigieux prix Renaudot avec Histoire du fils (Buchet-Chastel), une saga familiale qui s’étale sur une centaine d’années.

« Née dans une famille de paysans » dans le Cantal selon ses propres dires, Marie-Hélène Lafon, professeure agrégée de grammaire, se consacre tardivement à l’écriture. Avec Le Soir du chien, son premier roman paru en 2001, elle entre directement dans le cercle des écrivains reconnus et glane le prix Renaudot des lycéens. S’en suivra plusieurs distinctions, notamment un globe de Cristal en 2013 pour Les Pays et le Goncourt de la nouvelle en 2016 pour Histoires.

Histoire du fils raconte le destin d’une famille sur trois générations à travers ses bonheurs ordinaires et ses déboires les plus enfouis. Il explore les territoires de l’hexagone entre Figeac dans le Lot, Chanterelle et Aurillac dans le Cantal, et la capitale. Les principaux thèmes abordés : secret et quête identitaire.

La seizième femme à obtenir cette récompense

En lice face à cinq autres plumes, notamment Étienne de Montety et Jean-Paul Enthoven, la romancière de 58 ans l’emporte à la majorité absolue au premier tour du scrutin, succédant à Sylvain Tesson et son merveilleux roman de voyage La Panthère des neiges (Gallimard). Elle devient ainsi la seizième femme de l’histoire à obtenir le prix, considéré comme la deuxième distinction littéraire majeure en France.

«Le choix de Marie-Hélène Lafon s’est imposé naturellement, déclare Dominique Bona, membre du jury. C’est le choix d’une grande écrivaine française contemporaine. C’est une voix particulière, une voix forte, enracinée dans les territoires dont elle sait si bien parler. C’est une voix fidèle à son univers qui nous touche par cette fidélité même. C ‘est un travail sur les mots. On écoute une histoire, une belle histoire, on l’écoute en peu de mots, en des mots choisis, qui semblent gagner sur le silence».

À noter que la Québécoise Dominique Fortier est lauréate dans la catégorie essai, et que quelques minutes auparavant, le prix Goncourt a été décerné à l’écrivain oulipien Hervé Le Tellier pour L’Anomalie (Gallimard), également présent dans la sélection finale du Renaudot.

Déjà distinguée du prix des Libraires de Nancy en septembre, avec Histoire du fils, Marie-Hélène Lafon confirme la place singulière qu’elle occupe dans le paysage littéraire français.

Marie-Hélène Lafon invitée dans La Grande Librairie pour son dernier roman.