#LaRefBrutaleDuJour : l’ancien rugbyman Christophe Dominici nous a quitté

La nouvelle tombée dans l’après-midi laisse les fans de sport sous le choc. L’ancien allier du XV de France a été retrouvé mort dans le parc de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine). À seulement 48 ans.

Avant de devenir une figure populaire du rugby, Christophe Dominici est voué à une carrière de footballeur. Son père, gardien de but – notamment au SR Colmar – l’inscrit tout jeune dans le club du village, à Solliès-Pont dans le Var. Il participe notamment à un quart de finale de coupe Gambardella contre l’AS Monaco.

Avec le ballon ovale, il trouve sa véritable vocation. Il débute sa formation comme demi d’ouverture dans l’équipe locale, avant de signer à Lavette, club de deuxième division avec lequel il frôle la montée. Deux années suffisent pour que le RC Toulon mette son grappin dessus et le replace à l’aile, son futur poste de prédilection. Mais face aux difficultés rencontrées par le club pour se professionnaliser, avec quelques-uns de ses coéquipiers, Christophe décide de contacter Max Guazzini, pour rejoindre le projet d’une équipe fraîchement promue dans l’élite, aux hautes ambitions : le Stade Français Paris.

S’en suivra, dès la première année, un titre de champion de France (1998) et sa première sélection en équipe nationale. Il passe alors le reste de sa carrière avec le maillot rose, remportant quatre championnats supplémentaires (2000, 2003, 2004, 2007) et disputant deux finales de coupe d’Europe (2001, 2005). Sur les réseaux sociaux, le club rend hommage à un « génie du rugby et un compagnon hors pair ».

Un joueur atypique

Du haut de ses 1,72m, Christophe Dominici incarnait un profil particulier dans ce « sport de brutes joué par des gentlemen ». Loin des stéréotypes de géants et autres bûcherons, c’est grâce à sa fougue, sa vitesse de pointe et la vivacité de ses appuis qu’il se démarquait.

Auteur de 65 matchs sous le maillot tricolore, il a contribué à écrire quelques une des plus belles pages du rugby français, remportant le tournoi des XI Nations en 2006 et 2007 et réalisant le Grand Chelem par deux fois (1998, 2004). On retiendra particulièrement son essai de légende inscrit dans la victoire face aux All-Blacks en demi-finale du mondial 1999.

2020 est une année de deuil pour le monde du sport. Mais jamais les héros du public comme Christophe Dominici ne seront oubliés. R.I.P.