#LaRefTénébreuseDuJour : The Undertaker tire sa révérence

Le catcheur le plus terrifiant de l’histoire de la WWE a annoncé sa retraite lors des Survivor Series 2020, 30 ans après ses débuts.

À 55 ans, Mark William Calaway aka « The Undertaker » aka « The Master of Pain » aka « The Punisher » aka « the Deadman » raccroche les collants. Après avoir déjà annoncé son retirement des rings en 2017, il était revenu sur sa parole pour ne pas finir sur une défaite contre Roman Reigns, devant 75 000 personnes. « Ma fierté en a pris un coup. Ce ne peut pas être la dernière image que les gens garderont de moi », se confiait-il.

Cette fois, c’est le clap de fin pour le natif du Texas et les fans en garderont un beau souvenir. Pour lui rendre hommage, de nombreuses légendes se sont réunies, de Kane – son « Brother of Destruction » – en passant par Ric Flair, Jeff Hardy et Triple H. Après que la musique culte de son entrée ait retentit pour une ultime fois, de sa voix de monstre, il conclut son illustre carrière par un « The Undertaker repose maintenant en paix », dans une ambiance particulière où les « Thank You Taker » de la foule fictive retentissent. La séquence émotion – assez atypique au vu du personnage – bat son plein avec l’apparition holographique de son ancien manager Paul Bearer, décédé en 2013.

Une icône internationale

Le catch, c’est peut-être « que du faux », mais ça n’a pas empêché le colosse de 2m06 de subir de nombreuses blessures tout au long de sa carrière : dos en compote, cheville et plancher orbital fracturés, pommettes écrasées… il a même subit par trois fois des brûlures à cause des jeux pyrotechniques. En 2014, après s’être incliné pour la première fois à Wrestlemania – pay-per-view majeur de la WWE pour lequel il détient le record de 25 victoires en 27 matchs -, il souffre d’une commotion cérébrale qu’il lui fait oublier tout son combat. Encore impossible pour lui de se le remémorer aujourd’hui.

Le Phenom n’aura pas été un catcheur lambda. C’est une icône de la culture américaine, reconnue à l’internationale. En plus de jouir d’un des palmarès les plus impressionnants de sa discipline (4x Champion de la WWF/WWE, 3x Champion du monde poids-lourd, 6x Champion du monde par équipe et 1x Champion harcdore), on lui doit notamment les concepts de « Burried Alive match » (match enterré vivant) et « Hell in a Cell » (en cage). L’héritage qu’il laisse derrière lui est conséquent. Son personnage flippant, ses gimmicks infernales, son entrée charismatique et ses techniques de bucherons (comme le « Tombstone Piledriver » et le « Chokeslam ») resteront à jamais dans les mémoires.

The Undertaker dit au revoir à la WWE. Fini les cauchemars pour les jeunes fans de catch ; désormais, il hantera leur coeur.